mardi 14 février 2017

Les COUGNAUD - NICOLEAU, marchands de parapluies à La Roche-sur-Yon (Vendée)

     Contrairement aux autres familles de marchands et fabricants de parapluies installés au XIXe siècle à La Roche-sur-Yon, migrants d'Auvergne et du Limousin déjà évoqués sur ce blog (GALVAIN, BRAUD, ROCHE, DELORME, CAPEL, PLACES, GUITTARD ...), les COUGNAUD que l'on rencontre dans cette activité commerciale dès 1841 étaient originaires de Vendée et n'avaient aucune parenté auvergnate connue.

      Pierre Jérôme COUGNAUD était né à Saint-Hilaire de Talmont le 30 septembre 1811. Quand il se marie à La Roche-sur-Yon le 29 juin 1841, il exerce la profession de  " marchand  " et demeure à Palluau même si on ne le retrouve pas sur les recensements de 1836 et 1841 de cette commune. Son épouse, Jeanne Victoire POIRAUD, alors domestique à La Roche-sur-Yon , était née à Saligny le 14 octobre 1806.
      C'est à l'occasion de son mariage que Jérôme COUGNAUD s'installe à La Roche-sur-Yon où il sera connu dès lors comme marchand de parapluies. On ignore l'emplacement de son magasin même si l'on connait plusieurs de ses domiciles yonnais :
     - 1842 : Rue de Nantes
     - 1845, 1846, 1848 : Place des Halles  
     - 1851, 1861, 1866, 1872 : Rue des Vieilles prisons
     - 1877, 1882 : rue de l'Hôtel Militaire  (actuellement rue Marcellin Berthelot)
     Son épouse décède en leur domicile, rue de l'Hôtel Militaire à La Roche-sur-Yon, le 16 novembre 1877.  Il meurt au même lieu le 20 novembre 1882.

     De l'union COUGNAUD-POIRAUD sont issus trois enfants, les deux filles épousant deux frères NICOLEAU :

     - Céline Louise COUGNAUD, née à La Roche-sur-Yon 22 mai 1842, sa mariera à La Roche-sur-Yon le 28 juin 1864 à François Edmond NICOLEAU, coutelier, né à La Roche-sur-Yon, le 19 avril 1837.
     - Augustine Adeline Eugénie COUGNAUD, née à La Roche-sur-Yon  le 16 mars 1845, sa mariera à La Roche-sur-Yon le 8 juin 1870 à Edouard François NICOLEAU, ferblantier, né à La Roche-sur-Yon, le 3 septembre 1844 et décédé au même lieu, 10 rue Guérineau, le 19 janvier 1895. Elle décédera elle aussi à La Roche, 4 rue de la Poissonnerie, le 23 juin 1892.
     - Félix COUGNAUD, né à La Roche-sur-Yon  le 15 mars 1848 et décédé quinze minutes après sa naissance.

     Il se peut que l'un ou l'autre des gendres de Jérôme COUGNAUD ait exercé après lui, en annexe à sa profession principale, celle de marchand de parapluies à La Roche puisque l'on rencontre leur nom (orthographié le plus souvent NICOLLEAU), de 1891 à 1906, sur les Almanachs et Annuaires du Commerce.

     Par ailleurs, travaillant sans doute avec son frère Jérôme, sa sœur, Marie Rose COUGNAUD (° St Hilaire de Talmont 24 thermidor an V/11 août 1797) a été déclarée, lors de son décès survenu à La Roche-sur-Yon le 6 novembre 1850, comme exerçant la profession de marchande de parapluies.
     En 1828, lors de la naissance de sa fille, Eugénie COUGNAUD (° 13 avril 1828), elle était journalière et demeurait à La Roche, rue de Nantes.

     Lors de  son adoption (13.12.1850) par sa mère Marie avec laquelle elle vivait à La Roche, rue de la Cathédrale, Eugénie COUGNAUD était marchande de parapluies. Lorsqu'elle se mariera à La Roche-sur-Yon, le 2 septembre 1851, avec un charron, François Pierre GADEL, elle exerçait la même profession. Par contre, lors de son décès survenu à La Roche-sur-Yon, le 31 juillet 1879, il sera indiqué qu'elle était sans profession.

dimanche 5 février 2017

Hubert LE BLON et Céline RONDELLE, un couple d'amoureux, pionniers des courses automobiles


     Hubert LE BLON est né à Paris (16e), le 4 août 1872, d'un ingénieur  civil, Charles Alexandre Emile LE BLON (°16.08.1824 Armentières -  + 20.12.1910 Boulogne-Billancourt) et de son épouse, Mathilde Louise Euphrasie GUILBERT (° vers 1830 Douai - + 24.03.1899 Boulogne-Billancourt).

     A 28 ans, quand il épouse au Havre, le 30.11.1900, Céline Marie Emilie RONDELLE, il indique comme profession, électricien.

     Son épouse, alors âgée de 25 ans, est la fille du jardinier du château de Valsery, Emile Pierre RONDELLE et de son épouse, Elmire Elisabeth GOBREAUX.

     Mécanicien de premier ordre, il initie son épouse à la conduite automobile et elle participe à plusieurs épreuves où elle ne fit pas que de la figuration.

     Toujours à ses côtés, elle le suivait dans les différentes compétitions auxquelles il s'inscrivait, arborant toujours une coiffure très reconnaissable.

     A Boulogne-Billancourt, le 21 juin 1904, elle donne naissance à leur fils unique, André Jean Hubert LE BLON. La déclaration de naissance est faite en mairie, par son père, le lendemain matin, en présence de Constance LE BLON, artiste peintre, tante de l'enfant, et de Léon LOGEAIS, le mécanicien habituel de LE BLON qui l'accompagnera aussi bien dans ses courses automobiles qu'aux meetings d'aviation (voir sur ce blog, notre article du 6.11.2010 le concernant).

     Quand LE BLON, passé de l'automobile aux aéronefs, trouva la mort à Saint-Sébastien (Espagne) le 2 avril 1910 dans le crash de son aéroplane, son épouse le regardait effectuer son exhibition et assista impuissante à sa chute mortelle.

     Mme LE BLON, née RONDELLE, s'éteindra à Boulogne-Billancourt, le 22 novembre 1949, âgée de 73 ans.




M. et Mme Hubert LE BLON, sur Gardner-Serpollet, le 20.12.1902 à la course de Gaillon
(extrait de la Collection BEAU)

samedi 4 février 2017

Alexandre GUITTARD, marchand de parapluies à La Roche-sur-Yon (Vendée)

  A La Roche-sur-Yon, à la fin du XIXe et jusqu'au début des années 1920, un marchand de parapluies, connu aussi comme fabricant de parapluies, a exercé son activité 2 rue de Bordeaux et rue des Sables comme on peut le voir sur plusieurs cartes postales du début du XXe siècle :


2  rue de Bordeaux (actuelle rue Maréchal Joffre)


Le magasin GUITTARD, à gauche, avec ses enseignes en forme de parapluies
(serait situé actuellement entre le Loft Café Lounge et les anciens bureaux de France Bleu Loire-Océan)



Le magasin GUITTARD, en haut à droite



Le magasin GUITTARD, en haut à droite


4 rue des Sables (actuelle rue Georges Clemenceau)


La Maison GUITTARD, à droite, avec ses enseignes caractéristiques
(actuellement la brasserie " Le Grand Café ")

          Alexandre Pierre GUITTARD est né le 16 octobre 1855 à La Roche-sur-Yon, d'Annet GUITTARD (Larodde - Puy-de-Dôme - 20 octobre 1825 / juillet 1902 La Roche-sur-Yon), un chaudronnier auvergnat, et d'une tailleuse nantaise, Joséphine Hortense ALLAIRE (vers 1826 Nantes / mars 1903 La Roche-sur-Yon) qui s'étaient mariés à La Roche-sur-Yon le 24 janvier 1855.

          Alesxandre GUITTARD s'est marié le 24 novembre 1880 à La Roche-sur-Yon avec Marie Anne Honorine HEBRARD (La Roche-sur-Yon 9 janvier 1857 / septembre 1927 Les Sables d'Olonne), L'un des témoins de l'époux fut son ami, Othello ASTOUL, alors musicien au 93e régiment d'infanterie de La Roche. Ce dernier, Othellaud Léopold ASTOUL pour l'état civil, épousera  à La Roche-sur-Yon, le 9 janvier 1883, l'une des sœurs d'Alexandre, Joséphine Louise Alexandrine GUITTARD (° La Roche-sur-Yon 22 juin 1860) et sera le père des peintres vendéens bien connus André ASTOUL (1886-1950) et Raoul ASTOUL (1893-1971). 

mardi 31 janvier 2017

De Malden (Massachusetts) à La Roche-sur-Yon, une caisse de la Boston Rubber Shoe Company

 




 La Boston Rubber Shoe Company, l'une des plus grandes entreprises américaines de fabrication de bottes et chaussures en caoutchouc, fut fondée en 1853 à Malden (Massachusetts, dans le nord-est des U.S.A), par Elisha Slade Converse (1820-1904).
   
     Sa production  s'écoula dans le monde entier au moyen de caisses en bois. L'une d'elles fut envoyée à La Roche-sur-Yon au cours de la de la seconde moitié du XIXe siècle et son contenu vendu par la Maison BAILLET installée dans Le Passage du Commerce.

     Arthur Léandre BAILLET (Agris - Charente - 01.10.1851 / 04.01.1907 La Roche-sur Yon) et son épouse, Anastasie Marie Eulalie ROQUES (Campagne-sur-Aude 29.05.1855), mariés à Nevers-Nièvre - le 25.05.1855, eurent comme successeurs dans leur commerce leur fille, Clara BAILLET, et leur gendre, Hippolyte RAYNAUD (cf. sur ce blog les articles des 21 et 23.09.2010).

     Quelques mots de souvenirs et la reproduction d'une peinture de Roger Ducrot montrant Le Passage, figurent dans l'ouvrage collectif " Je me souviens de La Roche, la petite ville au cœur doux " publié à La Roche-sur-Yon en 2016.

samedi 28 janvier 2017

Henri FALOURD (1907-1945), peintre amateur vendéen

     Sur ce blog en février et mars 2011, nous avons évoqué l'école publique de la Jonchère de Mouchamps dans les années 1930, mais ce que l'on a oublié c'est que son directeur, Henri FALOURD, par ailleurs excellent pianiste  était aussi un bon peintre amateur.

     Henri Paul Emile FALOURD, issu d'une famille d'instituteurs publics, était né à La Chaize le Vicomte le 30 décembre 1907. Il épousa à Sainte-Hermine, le 18 avril 1933, Jeanne Joséphine Alfrédine ALBERT, également institutrice, née à Maulévrier le 22 août 1907. Il décédera à Mouchamps le 3 juillet 1945.

     Voici deux tableaux qu'il a réalisés :
        . 

mercredi 18 janvier 2017

Ernest BORDEAU, peintre amateur yonnais

     Les anciens peintres amateurs vendéens dont on retrouve les œuvres ne sont pas toujours aisément identifiables. En voici un qui habitait La Roche-sur-Yon (Vendée) de la fin des années 1930 jusqu'au début des années 1950.

     Ernest Guy BORDEAU signait ses tableaux E.BORDEAU. Il était né (à Paris ?) le 21 avril 1902 et s'installa avec sa famille 13 rue des Halles à La Roche sur Yon où il était directeur régional des Engrais Khulmann. Ses bureaux étaient situés 12 Place Napoléon.

     Personnage à la sensibilité artistique, il était également membre de la troupe " Les comédiens yonnais ". On le voit d'ailleurs sur le DVD-Vidéo  " La Roche sur Yon au tournant des années 50 "édité en 2004 par la Cinémathèque de Vendée, dans le chapitre "Actualités yonnaises de 1953 ", grand blond apparaissant lors du départ  en car des Comédiens Yonnais  pour le Mont Saint-Michel.


Deux de ses filles, Mireille BORDEAU et Huguette BORDEAU, furent connues de 1946 à 1958 sous le nom de " Les sœurs BORDEAU ". Chanteuses en duo, célèbres à l'époque, elles firent une carrière parisienne (voir sur ce blog le billet du 14 octobre 2010 les concernant).


Château de Josselin (Morbihan)


Cascade et torrent 


lundi 14 novembre 2016

Des André ASTOUL inédits

   
Dans son numéro de septembre 2016, le magazine yonnais " La Roche Plus" a consacré au peintre André ASTOUL, né à La Roche sur Yon le 8 novembre 1886, l'article ci-après :



Nombre de ses œuvres restent sans doute encore à découvrir au hasard des ventes, des successions ...

En voici quatre restées à ce jour inédites :

Portrait de Monsieur P. L. (1922-1995) par André ASTOUL

Portrait de Madame P.P. épouse L. (1921-2015) par André ASTOUL

Bouquet champêtre dans un pichet, par André ASTOUL

La ferme à la poule, par André ASTOUL